Poperinge, centre d’acceuil à LijssenthoekMilitaryCemetery

Le lieu porte le nom de Remy, d'après le fermier Remi Quaghebuer. C'est dans sa ferme et sur les champs avoisinants que le site hospitalier s'est développé.

Le cimetière au hameau "Lijssenthoek" a évolué naturellement pendant la Grande Guerre et des hôpitaux de campagne français, britanniques et canadiens y étaient installés. Le cimetière du Lijssenthoek rassemble 11000 tombes de plus de 30 nationalités. Il y a, par exemple, des tombes des travailleurs Chinois et de l’infirmière Nellie Spindler, l’une des rares femmes enterrée dans un cimetière britannique.

En effet, le soldat blessé au front était emmené ici. Et celui qui trouvait la mort à l'hôpital, y était enterré. De ce fait, le cimetière est aujourd'hui un témoin impressionnant de plus de quatre années de violences de guerre quotidiennes sur le Saillant d'Ypres.

Dans l'élaboration de la scénographie l'histoire du site tient la place centrale. En 2009, un projet de recherche a été lancé sur les soins médicaux à Lijssenthoek et en parallèle, la recherche s’est focalisée sur le Lijssenthoek comme ‘Miroir d'une guerre au quotidien '. Aussi, chaque jour une autre histoire est racontée. Sur un écran tactile, vous pouvez consulter la base de données ou chercher l'emplacement d’une pierre tombale. Le visiteur est invité à compléter la base de données avec des informations sur les victimes enterrées au cimetière du Lijssenthoek ?

Lijssenthoek Military Cemetery, PoperingeLijssenthoek Military Cemetery, PoperingeLijssenthoek Military Cemetery, PoperingeLijssenthoek Military Cemetery, PoperingeLijssenthoek Military Cemetery, PoperingeLijssenthoek Military Cemetery, PoperingeLijssenthoek Military Cemetery, PoperingeLijssenthoek Military Cemetery, Poperinge
retour aux nouvelles